Parc national de Bundala

Le parc national du Bundala est la principale zone de nidification et d’hivernage des oiseaux migrateurs, en particulier le flamant rose. Tout au long de l’année, le lieu doit sa réputation pour en abriter plus de 20 000 espèces. La réserve désigne également le repaire d’un certain nombre d’animaux comme les éléphants ou les léopards. D’abord considéré comme sanctuaire de la vie sauvage en 1969, le site se trouvera de nouveau classé parc national le 4 janvier 1993, après avoir été déclaré site Ramsar en 1990. Celui-ci a été finalement désigné quatrième réserve de biosphère du Sri Lanka par l’Unesco en 2005.

Situation et caractères géographique

Localisé à environ 245 km au sud-est de Colombo, le parc national de Bundala comprend cinq étendues d’eau peu profondes et saumâtres. Il s’agit en fait des lagunes Bundala (520 ha), Embilika (430 ha), Malala (650 ha), Koholankaha (390 ha) et Mahalewaya (260 ha), ces deux dernières étant entièrement exploitées pour la production de sel. La totalité du parc se recouvre essentiellement de gneiss, issu d’un mélange de roches plutoniques constituées de hornblende et de biotite.

Bien que les conditions climatiques révèlent 80 % d’humidité en raison des précipitations abondantes, on observe une prédominance de la période sèche sur le reste de l’année. Les températures demeurent clémentes grâce à la proximité de l’océan indien, mais auront tendance à augmenter durant les mois d’avril, mai et juin.

Histoire

L’existence du parc daterait de - 205 à - 161 avant Jésus-Christ période qui correspondrait au temps du règne du roi de Ruhuna, Kavan Tissa. Celui-ci fit ériger un temple du nom de Kirinda au sein de la zone, révélant également le point d’arrivée d’un vaisseau transportant la princesse Viharamahadevi.

En 2004, le tsunami ayant sévi dans l’océan Indien a occasionné peu de dommages sur le parc, ceci grâce à la présence des dunes de sable dressées tout autour.

Aujourd’hui

Le parc de Bundala offre une occasion idéale d’effectuer un safari à travers toute la zone. Vous découvrirez à part l’ancien temple, quatre villages occupés par une population de 4 000 habitants. Ceux-ci vivent principalement de l’élevage et de l’agriculture, en plus d’exploiter des dépôts de coquilles fossilisées, servant à produire de la chaux. La pêche constitue également une source de revenu importante dans le quotidien des villageois. Pour cela, des coopératives ainsi que des organisations ont été fondées, permettant une continuité favorable de l’activité. Hormis les nombreuses espèces d’animaux qui font la renommée du parc, appréciez un moment unique en assistant à un splendide lever de soleil, au milieu d’un havre de paix.

Faune et flore du parc national du Budala

De toutes les espèces animales vivant au sein de la réserve, on y recense plus de 300 types de vertébrés, dont 32 variétés de poissons, 15 sortes d’amphibiens, 48 genres de reptiles, 197 races d’oiseaux et 32 catégories de mammifères parmi lesquelles la plupart se trouve en voie de disparition. Parmi les invertébrés, on dénombre 52 espèces de papillons, y compris le « Troides darsius », considéré comme le plus grand papillon du Sri Lanka.

Les milieux écologiques du parc national de Bundala comptent en tout sept zones d’habitats terrestres et six de zones humides. La végétation du parc national de Bundala se constitue majoritairement d’arbustes épineux secs et de buissons, incluant des espèces endémiques et d’espèces menacées. D’autre part, les forêts abritent de nombreux arbres à vertus thérapeutiques tels que le « Bauhinia Racemosa », « le salvadora persica », entre autres. Il existe également des plantes relativement tolérantes à la présence du sel, comme les salicornes. Le lagon de Bundala dissimule une petite partie de mangrove où pousse une variété d’arbres connus sous le nom de « lumnitzera racemosa ».

Espèces d’animaux vivant au sein du parc

Les oiseaux

Le parc national de Bundala renferme un véritable sanctuaire d’oiseaux, la plupart d’entre eux étant des espèces migratrices. On y trouve plus d’un millier de flamants roses vivant dans les zones humides. D’autres variétés telles que le dendrocyne siffleur, la sarcelle d’été, le cormoran de Vieillot et à cou brun, le héron cendré, l’ibis à tête noire, la spatule blanche, y compris des oiseaux rares comme le marabout chevelu et la foulque macroule, font partie des variétés présentes sur les lieux.

Les mammifères

Les zones forestières constituent le principal refuge de nombreux mammifères. Outre l’éléphant du Sri Lanka qui semble être en voie d’extinction, le sambar, la panthère, le sanglier, la mangouste indienne grise, l’ours lippu ; le cerf axis ; la civette indienne, le chacal doré et le porc épic indien cohabitent au sein de la réserve.

Poissons, reptiles et amphibiens

De nombreux poissons vivent dans les eaux douces, salées, marines et saumâtres du parc national de Bundala, à savoir l’anguille bicolore, l’ambasse, le poisson-lait et le poisson tête de serpent. D’autre part, le crocodile des marais et le crocodile marin s’observent dans certains secteurs. Les berges voisines du parc désignent un lieu de ponte favorable aux tortues marines migrant au Sri Lanka, incluant la présence de deux espèces endémiques du Sri Lanka, le crapaud et le serpent, appartenant à la famille des « duttaphrynus atukoralei » et « xenocrophis de Boulenger ».

Comment s’y rendre ?

L’accès au parc se fait via la route nationale A2 au kilomètre 251, en bifurquant en direction du village de Bundala.

Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Catherine de "Mai Globe Travels". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+(94) 76-764-7477