Lac Beira

En couple, en solo ou en famille ; le lac Beira constitue une halte incontournable du côté de Colombo. Cette ancienne douve au passé tumultueux offre à ses visiteurs pléthores d'activités délassantes. Rien à avoir avec la vie moderne de la capitale ! Y aller, c'est avoir l'opportunité de profiter d'un cadre tranquille. On y passe d'agréables moments où le mot d'ordre est « détente ». Si le lac Beira fut un temps une fosse à caractère défensif, aujourd'hui il sert de coin pique-nique très populaire auprès des locaux et des touristes. Aussi si l'on est adepte de vues romantiques et d'activités nautiques, ce site est à voir !

L'histoire d'une douve aux crocodiles

Grosso modo, le lac fut creusé par les Portugais afin de préserver la ville de Colombo d'éventuels assaillants dont des rois voisins.

L'initiative des Portugais

En 1518, Colombo se trouvait sous le joug des Portugais. Ces occupants n'avaient toutefois pas l'esprit tranquille à cette époque. Chaque jour, le roi Vijayabahu VII et d'autres forces du Sri Lanka intimidaient ces colons étrangers. Face à une telle oppression, ces derniers se sont concertés sur une solution de défense plus efficace que les armes traditionnelles : la construction d'une énorme fosse autour du Fort de la ville.

C'est ainsi que ces seigneurs venus d'Europe entamèrent les travaux de forage en l'an 1521. Ils ont débuté en excavant un marécage sur tous les fronts de leur base (sauf le long de la partie connectée à l'Océan Indien). Mais ces derniers ont vite déchanté en étudiant le rapport entre la taille et la quantité d'eau requise pour remplir le trou. Ils manquaient de ressources pour inonder cette douve. Par un heureux hasard, un ruisseau fut décelé par le capitaine portugais Lopo de Brito entre le mont Dematagoda et le mont Saint-Bastian. Il en informa ses pairs puis des travaux de raccordement furent instigués : ce qui créa le lac Beira. Maints crocodiles y furent introduits afin de décourager leurs ennemis.

Par la suite, celui-ci fut relié à l'Océan Indien sur deux extrémités, isolant le Fort de Colombo du reste du pays. Cet édifice devint ainsi uniquement accessible par bateau. Ce réseau de canaux artificiels fut d'une grande utilité dans le transbordement de marchandises depuis la mer, le Fort et vers les banlieues de la ville. À cette époque, cette douve s'étendait sur 1,61 km².

La contre-offensive des Sri-Lankais

En 1578, le roi Mayadunne du royaume de Sitawaka essaya d'enrayer le ravitaillement en eau du lac, mais fut incapable de le vider. Ce fut son fils Rajasingha (alias Sithawaka Rajasinghe) qui parvint à le tarir en bloquant les canaux. Puis il tenta une offensive, mais en vain. Les Portugais ont pu triompher grâce à des renforts venus d'Inde. Cela dit, cet assaut a affaibli le niveau de protection du Fort.

Les réformes antérieures

Plus tard, les Néerlandais ont assiégé le Fort et ont pris possession des lieux. Ils ont modifié la configuration du domaine du Fort. La superficie de ce dernier fut restreinte d'un tiers. Des îles artificielles ont émergé ( l'île des Esclaves par exemple) dont certaines sont habitables.

Après la venue des Britanniques , les crocodiles furent déportés. La zone alentour fut aménagée pour supporter des activités de loisirs (voile, aviron, etc.). Dès lors, ce coin devint très prisé pour les fêtes locales.

Au XIXe siècle, la ville commença son extension. La superficie du lac fut réduite : elle passa de 1,61 km² à 0,65 km².

Il est à noter que le nom de « Beira » ne fut adopté qu'à partir de 1927. Auparavant, on disait « lac Colombo ». On suppose que sa dénomination actuelle provient du nom d'un ingénieur néerlandais, De Beer , ayant planché sur sa construction. Une autre théorie présume que Beira est un nom portugais signifiant « rive ou bord du lac ».

Aujourd'hui

Le lac Beira demeure une halte incontournable pour ceux qui visitent Colombo. Cette ancienne douve est bordée par de grands et vieux entrepôts abandonnés. Autour, on retrouve quelques centres de loisirs proposant des activités comme le bateau ou autres loisirs nautiques.

C'est un lieu calme où il fait bon de se promener. En couple, en groupe ou en solo ; on y vient pour sentir la brise du soir caresser son visage, pour observer une nature verdoyante et pour profiter de son cadre idyllique. Sa faune et flore sont à voir pour leur grande richesse. Plusieurs types de plantes y poussent et moult espèces aquatiques ont élu domicile dans cette nappe d'eau. En outre, vous pourrez y admirer des pélicans , des cigognes, des lézards, des varans , des poissons de toute sorte, des serpents d'eau et autres. Flâner le long de ses rives, c'est aussi profiter de ses étals de nourriture : idéal pour déguster une cuisine typique de Colombo.

Parmi les attractions autour se démarquent :

  • L'île des amoureux : comme son nom l'indique, il s'agit d'une petite péninsule dédiée aux couples. Elle leur offre un cadre romantique pour qu'ils puissent exprimer en public leur amour (pratique peu commune chez les locaux). On y trouve un adorable pont suspendu, de charmantes avenues bordées par des bancs et des sièges en pierre, ainsi que des parterres de fleurs.
  • Les balades en bateau-cygne : on peut louer un bateau-cygne pour une demi-heure (100 Rs seulement). Flanquées de deux places, ces embarcations se pédalent comme un vélo ou s'utilisent avec des pagaies. Ceux-ci permettent de profiter du paysage à deux, et d'observer les oiseaux et animaux alentour.
  • Le 8° sur le lac : c'est un restaurant flottant de l'hôtel Cinnamon Lakeside de Colombo. Il est fait de bois poli et de verre. Cette plateforme en plein air supporte jusqu'à 100 adeptes de gastronomie. Y aller demeure une expérience sortant de l'ordinaire. On y déguste son repas étant entouré de l'eau, de magnifiques jardins et d'animaux étonnants.
  • Le temple Seema Malakaya : ce monastère constitue une extension du temple bouddhiste Gangarama. Il fut installé à la surface de l'eau via d'énormes pilotis. On ne peut y accéder que par une longue allée en bois. Cet endroit servait auparavant de lieu de divertissement et de point de commerce du thé aux Britanniques d'antan. En tamoul, « seemai » signifie britannique et « malakai », palais. On raconte que le bâtiment antérieur au temple aurait sombré dans les eaux en 1970. Le complexe actuel fut pensé par l'architecte Sir Geoffrey Bawa. Il s'avère d'une grande beauté avec son côté pittoresque, original et attrayant. Cette pagode est très populaire auprès des touristes.
  • La piste de jogging : Beira est ceint par des allées verdoyantes servant de piste de jogging. Touristes ou locaux, tous s'y adonnent au plaisir du footing. Ces voies se pratiquent aussi en vélo. C'est le parfait endroit pour travailler ses poumons et pour fuir le stress du quotidien.

Comment s'y rendre ?

Cette attraction se localise dans le centre-ville de Colombo. Elle se trouve non loin du monastère de Gangaramaya et le parc de Viharamahadevi. Aux alentours se dressent la gare de Fort et le parc Price. De colombo, l'alternative la plus simple et la plus rapide pour atteindre le site demeure le taxi. Autrement, on a l'option du train.

Infos utiles

  • Il faudra au minimum 3 heures si l'on souhaite profiter à fond de l'endroit.
  • Autour ont poussé moult installations pratiques, dont des stands de nourriture et des toilettes publiques.
  • La capture de photos et de vidéos est autorisée.
  • Le site est très prisé les weekends.
Lac
6 photos

Bonjour

Je suis Catherine de "Mai Globe Travels". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
+(94) 76-764-7477